Vive la Résistance.

  • Accueil
  • > Recherche : alencon 1944

22 août, 2007

Cérémonie à la Hutte le samedi 11 août 2007.

Classé sous CEREMONIE,HISTOIRE,TEMOIGNAGE — vivelaresistance. @ 13:08

crmonielahutte11aot2007.jpg

La cérémonie devant la stèle du carrefour de la Hutte (R.N. 138, commune de St-Germain-sur-Sarthe)

 

La cérémonie était présidée par M. Francis Honoré, 1er adjoint à la mairie.

En présence de M. Gilbert Bertaux, président des Anciens Combattants et Victimes de Guerre, de la clique, et de nombreux habitants de la commune, un très bel hommage a été rendu aux soldats dont les noms sont inscrits sur la stèle du carrefour de la Hutte.

 

Il s’agit du :

Sous-lieutenant Claude DE LAGUICHE (alias Pascal DE FOLLIN)

Maréchal des logis-chef GROUNENKOFF

Ainsi que des soldats :

Clément RICHARD

André CARON

Marcel RIBEROLLE

stleducarrefourdelahutte.jpg

Notre ami Jean Piétri, F.F.L., et Ancien du 3ème Peloton de reconnaissance du 4ème Escadron du 1er Régiment de Marche de Spahis Marocains (1er R.M.S.M.) a pu expliquer au public présent le déroulement des combats du 11 août 1944 auxquels il a participé.

lahuttejeanpitri2007.jpg

Allocution de Jean Piétri le 11 août 2007 devant la stèle aux morts de la 2ème D.B., carrefour de la Hutte :

 

« Mesdames, Messieurs, chers amis,

Merci de ne pas oublier qu’à la Hutte, il y a 63 ans, s’est déroulé, par une très chaude journée d’un vrai été, l’un des premiers combats de la 2ème D.B. débarquée à Utah-Beach le 4 août 1944. Notre 4ème Escadron du 1er Régiment de Marche de Spahis Marocains assurait la reconnaissance de la division sur l’axe Le Mans-Alençon. C’est ici qu’a eu lieu l’un des premiers gros engagements de la campagne de la Division Leclerc. Les noms de nos morts sont gravés sur cette stèle comme sur le monument élevé un peu plus loin sur cette route.

Permettez-moi, ici de vous associer à mes pensées pour :

Claude de Laguiche, le chef de mon peloton, évadé de la France occupée depuis le port breton de Carantec en février 1943 ; il avait 22 ans.

Le maréchal des logis chef Grounenkoff, ancien officier de l’armée du tsar, vivant en France puis en Tunisie depuis 1920 ; il avait un peu moins de 50 ans.

Mes pensées vont aussi à mes camarades Giudice, Chapelle, Kuku et Robert. Ils avaient fui la France occupée, ils avaient autour de 21 ans.

Avec ces six morts, sept autres de mes camarades ont été blessés ici à ce carrefour où nous nous trouvons aujourd’hui.

Merci aussi de garder le souvenir de nos morts et de nos blessés dans les six chars du 12ème Cuir., détruits dans la même matinée du 11 août, un peu plus haut sur cette route, de mes camarades du Régiment de Marche du Tchad et ceux du Génie.

Permettez-moi de ne pas oublier non plus, mademoiselle Hobey tuée par un éclat d’obus alors qu’elle nous guidait le soir de ce 11 août 1944 pour traverser le parc du château des Tourelles à Fyé ; elle avait 21 ans ».

sanstitreoioioi.jpg

 

7 juillet, 2007

Le 2ème Escadron du 12ème Cuirassiers sur les traces de la Division Leclerc.

Classé sous ACTUALITE,PARCOUR HISTORIQUE,RECEPTION — vivelaresistance. @ 1:54

photosaintgilles4juillet2007.jpg

Le 2ème Escadron du 12ème Cuir à Saint-Gilles en compagnie de Raymond Ciroux.

La plaque située sur cette maison mentionne : « Ici le général Leclerc le 12 août 1944 décide d’investir Alençon guidé par Raymond Ciroux, jeune résistant. Le détachement du capitaine Gaudet libère la ville par surprise ».

 

Le 12ème Cuirassiers basé à Olivet près d’Orléans est un Régiment de tradition intégré aujourd’hui à la 2ème Brigade Blindée. Les jeunes engagés présents ont ainsi pu marcher sur les pas de leurs glorieux aînés qui s’étaient illustrés dans les combats de la Libération en 1944. 

En suivant l’itinéraire historique, ils se sont arrêtés sur de nombreux sites libérés par la célèbre Division Leclerc : Fyé, Chamfleur, Saint-Gilles, Alençon, Carrouges, Fleuré et Chambois. Ce parcours jalonné de nombreux monuments commémoratifs et la visite de l’exposition réalisée par l’association « Fyé 39-45 » leur ont permis de se rendre compte que les accrochages avec l’armée allemande avaient été très violents et que la 2ème D.B. avait subi de lourdes pertes notamment dans le Nord Sarthe les 10 et 11 août 1944. 

A Saint-Gilles, l’Escadron a fait la rencontre de Raymond Ciroux qui a pu exposer en détail le déroulement de la Libération d’Alençon. C’est précisément dans ce hameau situé au Sud-est d’Alençon qu’il est entré en contact avec les premiers éléments de la 2ème D.B. (le 4ème Escadron du 12ème Cuir du capitaine Gaudet) dans la soirée du 11 août 1944. Apportant de précieux renseignements (les Allemands avaient quitté la ville et les ponts sur la Sarthe n’étaient pas minés), Raymond Ciroux s’est proposé ensuite de guider l’avant-garde de la 2ème D.B. à travers la ville. Une petite colonne s’est alors avancée dans la nuit jusqu’au Pont Neuf où le général Leclerc a pu établir son P.C. C’est ainsi que la Libération d’Alençon s’est faite, par surprise, au matin du 12 août 1944. Raymond Ciroux s’est engagé le jour même au sein du 12ème Cuir.

 

carrouges5juillet2007.jpg

La cérémonie devant la stèle en hommage au Sous-lieutenant Michel Pity (1920-1944), libérateur de Carrouges.

 

A Carrouges, une cérémonie était organisée par notre ami Jean-Pierre Godet afin que le 2ème Escadron puisse rendre hommage au Sous-lieutenant Michel Pity, du 1er Peloton du 4ème Escadron du 12ème  Cuirassiers, libérateur de la ville le 13 août 1944, et malheureusement mort au champ d’honneur au Bourget le 27 août 1944 à l’âge de 24 ans. 

Les jeunes engagés présents en savent dorénavant beaucoup plus sur l’histoire de leur régiment au moment de la Libération. Ces trois journées passées sur le terrain de l’histoire les ont rattachés à  une période exceptionnelle écrite par des hommes dont ils peuvent être très fiers.

sanstitreoioioi.jpg

123

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus