Vive la Résistance.

  • Accueil
  • > Recherche : symbole resistance francaise

25 février, 2010

La création de la France Combattante en juillet 1942.

affichenousvoulons.jpg
Affiche reprenant des extraits d’une déclaration commune du général de Gaulle et des mouvements de Résistance parue dans les journaux clandestins : Combat, Franc-Tireur, Libération, La Voix du Nord (Juin/juillet 1942).

 

La France Combattante :


En France, le 3 juin 1942, grâce aux efforts de Jean Moulin, l’autorité du Comité National Français et de son président, le général de Gaulle, est reconnue officiellement par tous les mouvements de la Résistance intérieure et la nouvelle est annoncée dans les journaux clandestins « Combat », « Libération » et « Franc-Tireur ».
Désormais tous les résistants de l’intérieur s’unissent derrière la Croix de Lorraine.
Pour marquer ce fait d’une importance capitale, le 22 juillet 1942, la France Libre devient la France Combattante.
Le décret signé du général de Gaulle et approuvé par le Comité National définit ainsi la France Combattante :
« Ensemble des ressortissants français où qu’ils soient, et des territoires français qui s’unissent pour collaborer avec les Nations Unies dans la guerre contre les ennemis communs ; et symbole de la Résistance à l’Axe de tous les ressortissants français qui n’acceptent pas la capitulation et qui, par les moyens à leur disposition, contribuent, où qu’ils se trouvent, à la Libération de la France par la victoire commune des Nations Unies. »
Si le mouvement politique de la France Libre devient celui de la France Combattante pour les actes officiels, le qualificatif de Français libres reste admis pour les combattants, les unités, les navires, les réseaux et les territoires qui l’ont acquis.
Cette décision sanctionne la construction de l’adhésion de tous les groupements qui, à l’intérieur du pays, participent à la Résistance ; si bien que la France Combattante regroupe à la fois la France Libre et la France captive, éléments constitutifs d’une seule et même France.
Le 28 août 1942, le premier numéro du Journal Officiel de la France Combattante, édité à Londres, homologue ce changement de nom et publie cette circulaire de l’État-major du général de Gaulle :
« En prenant la décision de substituer l’appellation « France Combattante » à l’appellation « France Libre », le Comité National, prenant acte de l’adhésion de tous les groupements qui, à l’intérieur même du pays, participent activement à la Résistance, a voulu marquer que la « France Combattante » groupait à la fois la France Libre représentée par les Forces Françaises Libres, les possessions d’Outre-mer et les Français de l’étranger, et la France captive qui lutte contre l’envahisseur et l’autorité usurpée du pseudo gouvernement fonctionnant sous le contrôle de l’ennemi ».
France Libre et France captive ne sont, dès lors, que les deux éléments constitutifs d’une seule et même France qui est la « France Combattante ».
Le 29 juillet 1942, le gouvernement de Grande-Bretagne reconnaît la France Combattante et le Comité National Français comme son organe directeur. Il sera suivi le 18 août par la Nouvelle-Zélande, le 28 septembre par l’Union soviétique, le 24 octobre par tous les gouvernements en exil à Londres, le 2 décembre 1942 par le Mexique, etc.
C’est le 31 juillet 1943 que sont définitivement clos les engagements dans la France Libre (devenue France Combattante). L’unité des armées françaises est désormais refaite en vue de la Libération de la métropole.
C’est aussi la création d’un Comité de défense nationale, présidé par le général de Gaulle qui devient en novembre 1943, après le retrait de Giraud, le seul président du Comité Français de Libération Nationale (C.F.L.N.).


Retour page accueil cliquez ICI

 

 

 

Des publicités intempestives et indépendantes de notre volonté peuvent apparaître momentanément. Nous en sommes désolés.

8 septembre, 2007

La lettre d’adieu de Guy Môquet.

Classé sous ACTUALITE,PUBLICATION — vivelaresistance. @ 1:46

Guy Môquet naît à Paris le 26 avril 1924. Il poursuit des études secondaires au lycée Carnot lorsque surviennent la déclaration de guerre et l’internement de son père, Prosper Môquet, député communiste du 17ème arrondissement de Paris.

Militant de la jeunesse communiste, il monte avec ses camarades, dès l’été 1940, des groupes d’impression, de distribution de tracts clandestins et de collage de papillons.

Arrêté le 13 octobre 1940 à la gare de l’Est par la police française, il est interné à la Santé puis à Fresnes. Il en est libéré le 24 janvier 1941, mais il est cependant gardé au dépôt du Palais de justice puis transféré, comme interné administratif, à la Santé, à Clairvaux et enfin, en mai 1941, au camp de Choisel (Châteaubriant).

Le lundi 20 octobre 1941, au matin, après avoir un peu plus tôt saboté une voie ferrée, trois membres parisiens des « Bataillons de la jeunesse », Gilbert Brustlein, Marcel Bourdarias et Guisco Spartaco, abattent dans la rue le lieutenant-colonel Hotz, Feldkommandant de Nantes. En représailles, Hitler ordonne d’exécuter 50 otages immédiatement, puis 50 autres si les auteurs de l’attentat ne se livrent pas. Le gouvernement de Vichy, par l’intermédiaire de son ministre de l’intérieur, Pierre Pucheu, intervient auprès des autorités Allemandes, et fournit une liste de prisonniers « bons à être exécutés » « pour éviter de laisser fusiller 50 bons Français ». Les Allemands fusillent quarante-huit otages deux jours plus tard : seize à Nantes, cinq au mont Valérien, vingt-sept au camp de Choisel (Chateaubriant).

Guy Môquet fait partie des otages avec son ami Jean-Pierre Timbaud (Tintin) né en 1904, ouvrier syndiqué et militant communiste, et avec Charles Michels, trente-huit ans, député communiste de Paris. Ils sont fusillés le 22 octobre 1941 à la carrière de La Sablière située à la sortie de Châteaubriant.

Le nom de Guy Môquet devient un symbole pour de nombreux groupes résistants. Louis Aragon lui consacre, sous son pseudonyme de « François la colère », un chapitre du « Témoin des martyrs », brochure publiée clandestinement. Le poète lui dédie également « La rose et le réséda », paru dans la clandestinité.

portraitguymquet.jpg

Le billet qui complète la lettre de Guy Môquet est adressé à Odette Leclan, militante de l’Union des jeunes filles de France (U.J.F.F.), internée elle aussi au camp de Choisel. Contre toute attente et dans cet univers hostile, Guy Môquet connaît un amour d’adolescent avec celle qui deviendra Odette Nilès et qui est aujourd’hui présidente de l’Amicale Châteaubriant-Voves-Rouillé, à la suite de son époux, Maurice Nilès. Roger Semat, Rino Scolari et Jean Mercier, cités dans la lettre, sont les trois amis de Guy Môquet avec Jean-Pierre Timbaud. Lors de l’insurrection et de la Libération de Paris, Rino Scolari, évadé, est l’un des adjoints du colonel Rol-Tanguy, commandant en chef des F.F.I. en Île-de-France.

En réaction à ces exécutions, le général de Gaulle adresse un message aux Français le 25 octobre 1941 sur les ondes de la B.B.C., les appelant à un « garde-à-vous national ». De Gaulle déclare : « En fusillant nos martyrs, l’ennemi a cru qu’il allait faire peur à la France. La France va lui montrer qu’elle n’a pas peur de lui [...] J’invite tous les Français et toutes les Françaises à cesser toute activité et à demeurer immobiles, chacun où il se trouvera, le vendredi 31 octobre, de 4 heures à 4 heures 5 ».

 

Comment nous sont parvenues les lettres de fusillés ? Avant l’exécution de la condamnation, des condamnés à mort ont pu rédiger une ou plusieurs lettres à leur famille. Certaines sont acheminées par les autorités allemandes qui en ont parfois censuré des passages ; d’autres sont remises aux aumôniers (voire aux gardiens) ; d’autres sont jetées par les condamnés au cours du dernier transport. On peut estimer à environ quatre mille le nombre de civils fusillés après jugement d’un tribunal militaire allemand ou comme otages par décision du gouverneur militaire. Les otages sont principalement communistes et/ou juifs, les résistants condamnés à mort le sont surtout pour des faits relevant de la lutte armée ou de l’activité de renseignement.

Sources : Dictionnaire historique de la Résistance.

Pour en savoir plus, nous vous renvoyons à la lecture de l’ouvrage :

« La vie à en mourir. Lettres de fusillés (1941-1944) ».

sanstitreoioioi.jpg

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus